Skip to content

15.05.22 – 28.08.22

Carla Filipe

hóspede [hôte]

Commissariat : Marta Moreira de Almeida

Ouverture de l’exposition le samedi 14 mai, de 14h à 21h.

Dessins et collages basés sur du texte, interventions spatiales, performances et publications, font partie des moyens et des supports utilisés par Carla Filipe (1973, Vila Nova da Barquinha, Portugal) pour élaborer un portrait de notre société qui est aussi une forme d’auto-portrait. Adoptant les méthodes de l’anthropologue, elle observe, collecte, interviewe et documente les souvenirs de narrations individuelles et collectives ancrées dans la culture visuelle d’un passé récent et d’actualité. Les voyages, les déplacements et le travail in situ (comme la construction et la plantation de jardins potagers) sont des procédés auxquels elle a recours lors de ses recherches tout autant que dans la création de ses œuvres.

S’inspirant d’événements autobiographiques au travers de l’expérience personnelle de son enfance dans une communauté de cheminots au Portugal, le processus très subjectif de ‘travail de terrain’ sert de loupe pour observer des modes de vie marginalisés par l’Histoire et les systèmes sociaux et politiques qui guident cette dernière. L’usage que fait l’artiste des objets trouvés, des éléments visuels qu’elle s’approprie, du langage en tant que matériau, ainsi que son esthétique lo-fi et punk associée à des panneaux de signalétique, du graffiti et des publicités politiques pré-numériques, permettent la constitution d’archives très riches. Son œuvre s’appuie sur la mémoire critique pour valoriser les récits qui ont été oubliés ou omis par les discours conventionnels, poursuivant un processus qui met en évidence les transformations politiques, économiques et sociales qui façonnent le présent dans ses différentes géographies et contextes d’intervention directe.

Dans son exposition à la Villa Arson, Carla Filipe poursuit un parcours créatif qui fait appel au contexte politique contemporain. L’artiste reprend notamment son travail sur l’iconographie d’affiches politiques, syndicalistes ou coopératives, transformant leur graphisme et leur design en 28 drapeaux – un pour chaque état membre de l’Union Européenne jusqu’en 2019. Les drapeaux représentent le poids des facteurs économiques dans leur relation avec l’UE, ainsi que des références historiques propres à chaque pays, pour illustrer la manière dont ils s’assemblent au sein de cette identité commune selon ce que le philosophe français Jacques Derrida appelait une ‘double mémoire’.

‘hóspede’ est un mot dont l’étymologie peut aussi désigner une personne qui occupe un endroit ou un espace donné en contrepartie d’une forme de paiement. Au sein du débat sur l’hospitalité qui agite le monde politique comme celui des pratiques artistiques contemporaines, la proposition de Carla Filipe fait de chaque état membre une entité dont l’équilibre demeure fragile (comme l’a récemment démontré le Brexit) et dont la relation avec l’UE est équivoque au vu de l’équilibre délicat entre des buts communs et des intérêts nationaux soumis à de perpétuels changements politiques.

L’iconographie singulière des œuvres de Carla Filipe n’offre pas de solutions. Elle révèle au contraire les tensions et les contradictions du présent. L’oubli des valeurs de bases associées à la solidarité internationale, phénomène que l’on peut observer dans les sociétés contemporaines (y compris dans les sociétés européennes), constitue la toile de fond de cette exposition/installation, recouvrant tout l’arc allant de l’hospitalité à l’hostilité.

Malheureusement, la fragilité de l’idée d’Europe a été mise en évidence par les événements actuels. Il s’agit de moments où les conflits territoriaux et idéologiques ébranlent les fondements de la soi-disant construction européenne et remettent en question la défense collective de valeurs considérées comme acquises.

Marta Moreira de Almeida est directrice adjointe du musée Serralves.

Carla Filipe a été assistée par Herlander Alves.

Téléchargements

Programmation musicale dans le cadre de la Saison France-Portugal 2022

Saison France-Portugal 2022

Décidée par le Président de la République française et le Premier ministre portugais, la Saison France-Portugal se tiendra simultanément dans les deux pays entre le 12 février et le 31 octobre 2022. Au-delà d’une programmation qui met en avant l’Europe de la Culture, la Saison France-Portugal 2022 souhaite également s’investir concrètement dans les thématiques qui nous rassemblent et que défendent nos deux pays dans l’Europe du XXIe siècle : la transition écologique et solidaire notamment à travers la thématique de l’Océan, l’égalité de genre, l’investissement de la jeunesse, le respect de la différence et les valeurs d’inclusion.

À travers plus de 200 événements, la Saison a pour ambition de mettre en lumière les multiples collaborations entre artistes, chercheurs, intellectuels, étudiants ou entrepreneurs, entre nos villes et nos régions, entre nos institutions culturelles, nos universités, nos écoles et nos associations : autant d’initiatives qui relient profondément et durablement nos territoires et contribuent à la construction européenne.

La Saison France Portugal est organisée par l’Institut français, avec le soutien du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, du ministère de la Culture, du ministère de l’Économie et des Finances, du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, du ministère de la Transition écologique, du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, du ministère de la Mer, de l’Ambassade de France au Portugal et du réseau des Alliances françaises du Portugal.

Commissaire générale pour la France : Victoire Di Rosa 

Partenaires