Skip to content

Nos gestes, nos soins

Nos gestes, nos soins, crédits : étrangères productions

Nos gestes, nos soins

Nos gestes, nos soins” est un collectif de recherche-création initié en 2021 par Yohana Benattar, Hanga Tóth et Simon Le Borgne, réunissant des personnes qui se soignent, des artistes, des danseur.euse.s, des chercheur.euse.s et des professionnel.les de santé. Le collectif travaille à partir de gestes quotidiens de soin, en les interrogeant, les déplaçant et les activant dans différents contextes, souhaitant faire émerger de nouvelles formes de savoirs sur nos rapports au corps et aux soins. Ils élaborent ensemble un processus itératif qui mêle cinéma documentaire, performances de danse et recherche en sciences sociales.

Membres du collectif : Arnaud Halloy, Jean-Michel Benattar, Héloïse Jocqueviel, Rachel Paul, Luigi Flora, Pauline Bégué, Jesse O’Scanlan, Stéphanie Fauré, Natacha Mendjisky, Marielle Ravot, Saint-Clair Lefèvre, Simon Le Borgne, Hanga Tóth, Marianne Haroche, Yohana Benattar, Philippe Barrier, Hugo Franconeri, Fabó Tóth

Avec le soutien de la Villa Arson (Ministère de la Culture), le Centre d’Innovation du Partenariat avec les Patients et le Public ( Université Côte d’Azur), Jour et Nuit Culture (ville de Paris), Artagon, la superette (maison des arts de Malakoff), l’Œil des moulins, la Ménagerie de verre. Le projet a bénéficié en 2022 d’une aide du gouvernement français, gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du projet Investissements d’Avenir UCAJEDI portant la référence n° ANR-15-IDEX-0. “Nos gestes, nos soins” est lauréat de la bourse “Culture et Santé” 2023 de la DRAC Région Sud et ARS PACA en partenariat avec le Centre de Santé Universitaire de Nice et la Villa Arson. 

Yohana Benattar

Formée en cinéma documentaire et en sciences sociales, Yohana Benattar s’intéresse aux gestes et savoirs issus de l’expérience du quotidien ; à leur incorporation, leur transmission et leur déplacement. Dans sa pratique, elle utilise les méthodes de l’ethnographie et développe des dispositifs collaboratifs pour élaborer des objets singuliers (performance, film, texte). Elle a réalisé le court-métrage « reconnaissance » en 2019, développe actuellement son premier long-métrage documentaire interrogeant l’histoire de sa famille juive algérienne ainsi qu’une recherche visuelle, “Que reste-t-il de l’halfa ?”, soutenue par l’Institut Français d’Algérie et la galerie rhizome. 

Hanga Toth

Hanga Tóth est artiste visuelle, elle travaille entre Paris et Budapest. Elle s’intéresse aux dimensions performatives et processuelles du cinéma documentaire et interroge les conditions de création des images et des gestes. Dans sa pratique, elle multiplie les moyens d’expression (vidéo, performance, écriture) afin d’explorer différentes articulations et traductions entre corps et langages. Après son diplôme à l’Université des arts Moholy-Nagy de Budapest, elle a étudié la philosophie contemporaine et la réalisation documentaire à l’Université de Paris Diderot et aux Ateliers Varan. Ses projets sont accompagnés par les Ateliers Médicis, Artagon, la DRAC, Centre de photographie contemporaine Robert Capa. Elle est membre du FKSE (Studio of Young Artists Association, Budapest).

En 2022, Hanga Toth et Yohana Benattar ont co-fondé Étrangères productions qui accompagne des projets de recherche-création au croisement des disciplines artistiques et scientifiques.

Simon Le Borgne

Simon Le Borgne est danseur et chorégraphe basé à Paris. Il commence sa formation à l’école de l’Opera de Paris en 2005 et est engagé dans la compagnie en 2014. Il est promu sujet en novembre 2019. Il interprète des pièces de Maguy Marin, Merce Cunningham, Jiri Kylian, Ohad Naharin et Hofesh Schechter et participe aux créations de Season’s Canon et Body and Soul de Crystal Pite, Play d’Alexander Ekman, The Male Dancer d’Ivan Perez, Faunes de Sharon Eyal et Cri de Coeur d’Alan Lucien Oyen.

En parallèle, il développe des projets de création depuis 2018. Il a créé en collaboration avec Marion Barbeau La Fille du Fort, pièce In-situ créée pour le fort d’Aubervilliers. Pour la saison 2022/23, il est artiste accompagné du Gymnase CDCN pour son projet de création Mue, et travaille avec Boris Charmatz au Tanztheater à Wuppertal.