Skip to content

LIA avec l’Université Laval, Québec


Composante autonome de l’Université Côte d’Azur, la Villa Arson joue un rôle de premier plan dans le partenariat privilégié qui, depuis 2017, lie l’Université Côte d’Azur et l’Université Laval à Québec, en pilotant un projet de Laboratoire Associé International (LIA) monté par les deux établissements partenaires, et qui intégrera les activités prévues par le laboratoire de recherche de la Villa Arson.
Focalisé sur la recherche artistique et son articulation avec les sciences humaines et sociales, le projet de LIA a obtenu en septembre 2020 l’approbation à l’unanimité par le Conseil Académique et le Conseil d’Administration de l’Université Côte d’Azur. Sa mission principale est de faire de la création artistique un outil d’investigation sociale et sociétale, avec une attention particulière portée à des sujets actuels, aux approches transdisciplinaires et aux nouvelles opportunités techniques et méthodologiques offertes par la technologie et les sciences appliquées.
Afin de définir l’orientation scientifique du LIA, l’Université Laval, l’EUR CREATES et la Villa Arson ont déterminé quatre axes de recherche :

  1. Humanités environnementales ;
  2. Déplacement, migration et interculturalité ;
  3. Art, care, (re)médiation ;
  4. Arts éphémères, arts de la rue, écritures urbaines.

Chacune de ces quatre propositions est formulée en croisant les intérêts scientifiques de chaque composante et en tenant compte des activités de recherche et de création déjà réalisées au sein des différentes structures (dont par exemple l’unité de recherche Situations post, créée à la Villa Arson en 2014 par Sophie Orlando et Katrin Ströbel).

Par ailleurs, chacun des axes proposés tiendra nécessairement compte des changements profonds ayant investi nos sociétés durant la crise sanitaire planétaire de 2020, en prenant en considération les bouleversements et les avancées provoqués par cette crise, notamment en ce qui concerne l’utilisation à grande échelle du numérique, la responsabilité environnementale et sociétale, les élans de solidarité et le regard nécessaire sur le développement de la société
et de son identité par l’apport de l’art et de la culture.
L’étape inaugurale du LIA serait représentée par le projet “Penser et faire avec les artistes : quels mieux vivre dans la cité en temps de crise ?”, présenté en novembre 2020 à la Commission permanente de coopération franco-québécoise (CPCFQ) et consistant en l’organisation d’un programme de recherche et de sémi-
naires transdisciplinaires franco-canadiens, ayant pour objectif d’interroger les manières dont la crise sanitaire de la COVID-19 affecte le rapport entre les communautés et la cité, et notamment les façons de vivre et de créer dans l’espace urbain. Mobilisant les domaines des arts et des études urbaines, ce projet de
recherche touche également la question du care et ses rapports avec la création et la perception artistiques.

Parmi les autres projets envisagés par le projet de LIA, on compte deux colloques (un à Québec, un à Nice), la création d’une revue internationale à cadence annuelle (ou d’une publication), trois mobilités internationales, trois résidences d’artistes, une exposition et un catalogue.